La Route des Esclaves

Ouidah est une ville chargée d'histoires et d’émotions. La route des esclaves reste et demeure le périple qui attire du monde. Les étapes de cette marche

Étape 1 : la sélection des esclaves La sélection des esclaves se faisait à la Place Chacha qui tient son nom de Félix Francisco de Souza dit « Chacha ». Ce grand négociant de Ouidah, d’origine portugo-brésilienne, a permis au Roi Guézo de se libérer de prison et de reprendre le trône à son frère Adandozan. Pour la petite histoire, Adandozanl’emprisonna et vendit sa mère en signe de protestation à l’esclavage. Le Roi Guézo le nomma « Chacha » Premier Vice Roi de la sous région en signe de reconnaissance pour cet acte. Il lui offrit une parcelle où la maison est toujours installée. Il épousa 41 femmes en respect au chiffres porte-bonheur et eu 135 enfants. La place Chacha était la place où l’on sélectionnait les esclaves. Ils devaient être robustes et en bonne santé. C’est pourquoi, les plus déportés étaient des Yourouba du Nigéria. Ils étaient jugés plus solides et plus féconds. Une fois sélectionné et acheté par les négriers, les esclaves étaient marqués au fer chaud. L’objectif était de permettre à leurs propriétaires de les reconnaître sur le lieu de la destination. A cette période, il fallait entre 1 semaine à 2 mois pour attraper assez d’esclaves. C’était une vraie chasse à l’homme. Les Rois décidèrent ainsi de faire des scarifications à leur descendance afin de protéger les intouchables et ainsi éviter de les faire déporter.

Étape 2 : l’arbre de l’oubli Une fois marqué, les esclaves étaient enchainés. Par la suite, ils étaient envoyés vers l’arbre de l’oubli. Un arbre planté au 17ème siècle par le Roi avec la complicité des Portugais. Les hommes devaient faire 9 fois le tour de cet arbre et les femmes devaient faire 7 fois le tour. L’objectif était de leur faire oublier leur origine, leur tradition, leur culture, leur identité afin qu’ils ne réagissent plus comme des êtres humains mais comme des animaux. Les hommes faisaient 9 tours et les femmes 7 tours car à l’époque les peuples pensaient que les hommes avaient 9 paires de côtes et les femmes 7 paires. Aujourd’hui la science a permis de montrer que nous avons, hommes comme femmes, 12 paires de côtes. Aujourd’hui, un arbre a été replanté sur le site. A son côté, une statut d’une sirène est installée. Elle regarde vers la mer, vers la destination inconnue.

Étape 3 : le dernier village Le dernier village de Zoungbodji est celui que les esclaves franchissait avant d’être embarqués. A l’époque ce village n’était qu’une forêt et une zone marécageuse. Les hommes y étaient affamés pour les rendre faible et ainsi réduire les rébellions. On leur donnait à l’occasion de l’eau non potable. Les plus résistants survivaient et les autres en mourraient. Ainsi, lorsque certains se rebellaient, on les enchaînés. Ensuite, on leur enfilait dans la bouche, un akoko. Un morceau de bois destinés au bétail et qui sert à le guider. L’idée était de vraiment les réduire à l’état animal. Il restait dans ce village environ 66 jours et demi, le temps nécessaire pour avoir assez d’esclaves.

Étape 4 : le cimetière La case dans laquelle les esclaves étaient stockés avant de partir se trouvait dans le village de Zoungbodji. Tout comme le cimetière qui était une fausse commune de 10 mètres de profondeur et 6 mètres de largeur. On y jetait ainsi les hommes et femmes sans distinction, les malades, les fatigués et les morts.

Étape 5 : l’arbre de retour L’arbre de retour avait pour vocation de permettre le retour spirituel de l’âme des esclaves s’ils mourraient dans le trajet où sur place. L’idée était donc de leur permettre de se retrouver sur la terre de leurs ancêtres. Ainsi, on leur offrait la possibilité d’avoir le repos éternel. Les esclaves, hommes comme femmes, faisaient donc 3 fois le tour de cet arbre. Ce rituel se faisait en en présence des « Egungun », les revenants. Il était très imprégné dans la tradition vaudou. L’idée était de rester uni et amour.

Étape 6 : la Porte de non retour La porte de non retour est le passage d’où l’on ne pouvait plus revenir. Les esclaves, après avoir passés la route des esclaves, étaient épuisés. Nul n’avaient la capacité physique de revenir sur ses pas. Aujourd’hui, sur ce sentier, l’on trouve de nombreuses statues. Elles portent des messages et rappels à la culture béninoise et aux règnes des différents rois. C’est ainsi qu’un monument a été élevé pour symboliser ce départ pour une terre inconnu et un avenir incertain. Ouidah est la deuxième porte de départ des esclaves derrières celle de Pointe Noire (Congo). Elle est devant celles de Gorée (Sénégal), Cape Coast (Ghana) et Zanzibar (Ile de Zanzibar). Ce monument retrace ainsi les moments forts de la Route des Esclaves puisque les 6 étapes sont ici représentées sur les façades. C’est ainsi que se termine le voyage des esclaves qui seront ensuite transportés par petits bateaux dans les caravelles. Ces lieux où ils seront enchainés et disposés comme du bétail pour la grande traversée.

Bonjour

Je suis Isaac de "Voyages Modestes". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
0022964110880