Destination Bénin : un engouement pour le tourisme thématique

Destination Bénin : un engouement pour le tourisme thématique

06 févr. 2019

Situé en Afrique de l’Ouest dans la zone tropicale entre l’équateur et le tropique du Cancer, le Bénin est limité au Nord par le fleuve Niger qui le sépare de la République du Niger. Au Nord-Ouest, il est limité par le Burkina Faso, à l’Ouest par le Togo, à l’Est par le Nigeria et au Sud par l’Océan Atlantique. Le Bénin, terre de culture et de richesses touristiques, est une terre de brassage culturel. Il perpétue une riche tradition culturelle séculaire. 

Le patrimoine culturel béninois recouvre des monuments et sites de toutes natures : Palais royaux, Habitats traditionnels, Temples et forêts sacrées, Anciens Forts et comptoirs commerciaux, Bâtiments afro-brésiliens et coloniaux, Etc... Dans l'ancien Dahomey, des administrateurs coloniaux avaient déjà remarqué et aménagé sommairement certains sites, tels que Grand-Popo, la Bouche du Roy (embouchure du fleuve Mono) ou Ganvié. Mais depuis peu, un nouveau projet de tourisme très ambitieux est apparu grâce l’agence de tourisme ‘’ VOYAGES MODESTES’’.  

‘’VOYAGES MODESTES’’, est basée au Bénin et est spécialisée dans le tourisme sur l’Afrique francophone. Elle organise des séjours touristiques avec efficacité et passion. Un accent particulier est mis sur le rapprochement des peuples ainsi donc, sur un tourisme à l’échelle humaine avec des prix défiant la concurrence. C’est une agence qui regroupe les compétences nécessaires et indispensables, sur le terrain du Tourisme et de la Culture. Cette fusion Tourisme + Culture est l’aboutissement d’un projet d’ouverture très large aux publics béninois et étrangers. L’objectif de cette structure est simple : créer de belles rencontres qui renouvèlent le format de la visite culturelle habituelle, plutôt réservée, à une élite de connaisseurs.  Depuis des années l’agence de ‘’VOYAGES MODESTES’’ travaille pour valoriser le potentiel touristique du Bénin. Elle propose aux visiteurs mille et une raison de parcourir le Bénin dans sa riche diversité culturelle.

Le Bénin, un potentiel touristique énorme

Le Bénin dispose d’un patrimoine culturel multiple et encore fonctionnel. Le pays est un concentré de tout ce que l’Afrique a à offrir : le soleil, les plages de sable fin, l’océan, les parcs naturels, les montagnes, les lacs, les villages, les ethnies, la faune et la flore sauvages. Néanmoins, ce qui fait l’essence de la destination au Bénin, c’est son patrimoine historique, esthétique, artistique et culturel. Un patrimoine unique qui a pu essaimer un peu partout dans le monde à travers les rythmes et danses traditionnelles et le vodoun, religion ancestrale du Danxomè.

Que faire pour rendre visible, ce qui reste encore invisible ?

’VOYAGES MODESTES’’ nous prolonge au cœur d’un voyage touristique au cœur de l’univers des rythmes et danses traditionnelles du riche patrimoine béninois. Le Bénin est l’un des rares pays africains où les rythmes et danses traditionnelles jouent un rôle prépondérant dans la vie quotidienne. Cette diversité de rythmes traditionnels s’inscrit dans la logique des regroupements ethniques et des aires géographiques. Les plus importants sont le Zinli - Akinta et Akohoun – Tchinkoumè – Toba – Agboutchebou – Kpanahoun. Ils sont valorisés de diverses manières et constituent les premières sources de réjouissances selon les régions. Le Bénin est un pays réputé dans les expressions corporelles à travers les chants et des danses liées à des sources de royauté. La grande diversité des danses religieuses et rituelles contribue également à la richesse culturelle du Bénin. Très complexes et étonnamment expressives, ces chorégraphies traditionnelles se pratiquent à l'occasion de festivités bien particulières telles que la Gani, qui rassemble la communauté Baatombu, mais aussi lors des nombreuses fêtes improvisées. Ce qui incite les voyageurs  de divers horizons à venir assister chaque fois que l'occasion se présente. Le pays étonne également par sa diversité culturelle se traduisant par des cultes et traditions propres à chaque ethnie. De façon générale, au Bénin la danse traditionnelle se pratique avec les épaules et le tronc.  Outre que la danse traditionnelle se pratique différemment du nord au sud du Bénin, cependant quelque soit la région du Bénin. 

Quelles sont les danses traditionnelles culturelles qui résistent  encore au temps ?

Nous pouvons classer les danses du Bénin en trois catégories à savoir:  

Les danses de réjouissances : Ces danses africaines sont exécutées lors de cérémonies ou de rituels très divers comme les mariages, les naissances ainsi que dans la plupart des évènements qui rythment la vie quotidienne au Bénin, nous trouvons suivant les régions du Bénin : le Massé gohoun, le Adjogbo, le Agbadja, le Kaka, le Kunya, le Tipinti, le Fabenfé, le Atchanoun, le Sinssinnou Les danses royales: Ces danses traditionnelle relatent des divinités et parlent d’elles. Nous avons Klulima, Idjombi, Houngan, Sato, Blékété, Chasseur, Adjogan, Linsouhoué, Agbéhoun, Kpodjiguêguê, Guêlêdê , Abikou, Têkê, Tchinkounmè, Zinlin, Zangbéto, Bourian Les danses vodou:Ce sont des danses sacrées, très endiablées, multicolores, émouvantes qui évoquent les diverses divinités responsables du ciel, de la terre, de l’air, du bonheur etc. Ces danses africaines vodou s'intitulent: Sakpata, Hêviosso, Tchango, Egoun-goun,Dan, Kokou, Ganbada Le pays est constitué de deux aires géographiques : Le nord qui a connu le destin des peuples de la savane. Le sud et le centre du pays qui sont marqués par l'histoire des peuples du golfe de Guinée. Jusqu'au XVe siècle, de nombreux peuples de la savane s'installent au nord : Bariba ou Baatombu, Dendi, Djerma, Groussi, Haoussa, Mossi, Paragourma et Peuls. Alors que des populations littorales s'installent au sud et au centre : Fon et Aja ou Adja, Ewé, Gen, Mina et Yoruba.

D’où viennent ces rythmes ?

La danse africaine du Bénin est très influencée par les origines, du nord au sud du Bénin, il est ainsi dans les danses de réjouissance. La danse le Massé gohoun .Cette danse est originaire d’Avrankou, une région de l’ouest du Bénin à quelques kilomètres de Porto-Novo.  Cette danse s'inspire des scènes de la vie quotidienne : Manger, se quereller, s'amuser travailler et prendre le temps de savourer la vie. C'est une danse particulièrement animée. Les danses africaines originaires du sud du Bénin : Le Adjogbo, le  Agbadja et  le Atchanhoun.  Le Adjogbo  est à l'origine une danse funéraire, mais s’exécute également  à l'occasion de réjouissances, cette danse africaine est très chorégraphiée, les danseurs exécutent des mouvements synchronisés et parfois acrobatiques. Le  Agbadja  était à l’origine une danse des pêcheurs du Ghana qui se retrouvaient après une longue journée de travail. Cette danse est alternativement, lente, légère puis brutale énergique, cette danse s'interprète avec de forts mouvements d’épaules.  Le Atchanoun est une danse qui s’exécutait après les récoltes. Dans la région de OUENE (à la frontière du Niger) : la danse Le Kaka Le Kaka est à la fois une danse de réjouissance et danse rituelle, cette danse s’exécute avec des morceaux de bambou que l’on tape l’un contre l’autre pour obtenir le rythme. Le danseur est en même temps le joueur de l’instrument de musique.

En direction du nord du Bénin dans la région de l'Atacora, nous pouvons parler du : -Le Tipinti: les danseurs s’habillent en petites jupes faites de perles et portent à la cheville une ceinture de grelots. Cette danse s’exécute à la fin des rudes travaux de mil, de sorgho.  Dans la région de Parakou et (en direction du nord du Bénin), la danse le Tèkè .Ce rythme est encore appelé ‘’la danse du bâton’’ car il est exécuté  avec deux bâtons en main. Le son obtenu par les deux bâtons qui se tapent fait l’originalité de cette danse. Le danseur est habillé soit en « chaya » soit en jupe confectionnée avec plusieurs pagnes pliés à la tête enturbannée, elle est exécutée de façon très lente. Dans le Nord-Ouest du Bénin Le kunya est une danse de la région du Toukountouna. Le peuple Waama l'exécute lors des cérémonies de manifestations festives. Cette danse traditionnelle folklorique est exécutée exclusivement par des femmes, en cercle, qui après s’être joliment maquillées, nouent des pagnes à la taille ou portent de petites jupettes et demeurent quasiment à moitié vêtue pour l'exécuter.  Cette danse s'accompagne d'un mouvement d'agitation du corps et surtout des mains dans presque tous les sens. Ce rythme est accompagné des battements de mains et d'instruments comme des tam-tams, des sifflets. Si l’affirmation des identités culturelles conditionne tout développement, les danses traditionnelles béninoises jouent encore un rôle prépondérant dans l’édifice de cette société très diversifiée. 

Avec quelle agence et comment organiser un voyage thématique au Bénin ?

‘’VOYAGES MODESTES’’, peut se charger à l'occasion de votre voyage, d’organiser un spectacle de danses  traditionnelles qui vous fera vivre le rythme envoûtant des traditions du BÉNIN. Notre derrière escale se fera dans le mystique monde du culte vodou. Aujourd’hui le secret de ce culte vodou est encore intact et jalousement entretenu par les gardiens de la tradition. Le bénin est considéré comme le berceau du Vodoun et plus de la moitié de la population béninoise pratiquent cette religion traditionnelle que certains appellent également Animisme. Ce culte animiste reste aujourd'hui très vivace dans le pays. Les nombreuses cérémonies rituelles s'accompagnent de chants, de battements de tambour, de danses, de prières et d'offrandes aux fétiches. Ces pratiques sont ancrées dans les traditions des peuples depuis des siècles, et pour beaucoup de touristes, elles constituent l’un des aspects les plus intéressants de la culture à explorer. Ce culte animiste reste aujourd'hui très vivace dans le pays. Les nombreuses cérémonies rituelles s'accompagnent de chants, de battements de tambour, de danses, de prières et d'offrandes aux fétiches. L'entrée en relation de l'individu avec les divinités du vodoun se manifeste par des transes, un des aspects les plus spectaculaires de ce culte. On retrouve aujourd’hui des pratiques culturelles et religieuses liées au vodoun dans la plupart des pays peuplés d’afro-descendants : Brésil, USA, Haïti, Cuba, etc. il y a des adeptes de Hêviosso, dieu du tonnerre, de Sakapta, dieu de la terre, de Mami Wata, déesse aquatique, de Gambada, un dieu qui apporte la richesse. Il y a aussi des impressionnants Zangbeto, les gardiens de la nuit. Les vodounsi, noms donnés aux initiés, dansent au son des tams-tams et des gongs, suivant des rythmes propres à chaque divinité. Ces hommes, ces femmes, ces jeunes, sont reconnaissables à leurs pagnes et à leurs parures de colliers et bracelets, là aussi propres à chaque culte. Si la religion est ancestrale, la fête du vodoun est récente au Bénin. Elle a été instituée en 1994 par l’ancien président Nicéphore Soglo, puis transformée en jour férié en 1998 sous Mathieu Kérékou. Une fête nationale célébrée chaque 10 JANVIER sur tout le territoire pour, ce qui est une religion dans ce pays où le vaudou est né. Cette religion est bâtie autour des esprits de la nature (l’eau, le feu, l’air, la terre)  et des ancêtres, qu'on appelle « vodoun ». C'est l'occasion pour les adeptes de se retrouver, de sortir leurs divinités, de danser. Les vodoun sont des esprits qui sont partout. A travers ces esprits divinisés, rassemblés dans un panthéon vaudou, les initiés communiquent avec Dieu, un Dieu créateur qui est au- dessus de tout.

Les masques sacrés quel sens dans le quotidien des béninois ?

Se rendre au Bénin et se priver des spectacles des maques sacrés comme les ZANGBETO, le egoun-goun le guèllèdè c’est manquer de découvrir l’autre facette de cette richesse culturelle dont regorge le pays.

Le Zangbéto est un masque introduit dans le royaume de Xogbonou aujoud’hui, PORTO-NOVO, par le premier souverain, Tè-Agbanlin. Son aspect physique présente un masque en végétal de forme souvent conique. Dans la nuit, il joue le rôle de gardien et assure la sécurité de la cité. Il règle les conflits sociaux et gère les problèmes de l'environnement ou de déviance. Selon la tradition orale, le ''Zangbéto'' serait une idée géniale du fondateur du royaume de Hogbonou aidé par son frère ainé pour éloigner les bêtes sauvages de l'entourage de leur habitation par le bruit éffrayant produit par ce masque ; Les ''Zangbéto’’ forment une société secrète initiatique dont le chef est le ''Kpakri Yawo'', ''Zangbéto’’ installé à Avassa près du palais ''Honmè''. Dans la nuit, il joue le rôle de gardien et assure la sécurité et l'ordre dans la cité. La musique qui accompagne le ''Zangbéto'' est le ''Gansou'' ou le ''Kaka'' Le ''Gansou'' (grand gong) se joue avec le gong et de la ferraille dans un bruit très assourdissant. Le Kaka ou rythme de bois est une musique fait de claquement des bois.

Notre prochain arrêt est devant le couvent des  revenants à OUIDAH. Encore appélé kouvito en langue locale fongbé ou egoun-goun en langue yoruba, le masque egoun-goun est dédié aux défunts. Il est réservé aux hommes, assisté par une femme âgée aux pouvoirs extraordinaires. Le Egoun-goun est un culte d'origine yoruba, il représente la communion entre les vivants et les ancêtres. Il s'est retrouvé dans l'aire Adja- Tado suite à des victoires militaires ou à des alliances avec des groupes voisins selon la dynamique du cumul des puissances et d'appropriation des forces religieuses d'autrui. Il est souvent lié à une divinité. C'est la divinité par excellence du culte. Elle est puissante et très vénérée. Des masques zangbeto et égoun-goun, au Guèlèdè, il y a juste un pas à faire. Ce masque peut être sollicité par des femmes selon le besoin car il a le pouvoir d'exaucer leurs demandes en envie de procréation.  

Le Gèlèdè, une célébration identitaire

Le Gèlèdè est une société mixte dans laquelle la femme a un rôle important tant sur les grandes décisions que sur les menus détails. Les femmes se placent en dessous des hommes dans la chaine dirigeante mais sont souvent en harmonie avec ces derniers. Le Gèlèdè (se prononce Guèlèdè) se caractérise par des costumes mirobolants. Ce sont des masques représentant des femmes mais portés par des hommes.  Le masque sort pour résoudre les problèmes individuels, familiaux (stérilité, maladie, décès, malédictions...) ou d'ordre collectif comme les calamités naturelles. On peut aussi l'admirer lors des événements importants : mariages, intronisations.  

Ces potentialités se retrouvent, en nombre plus ou moins important, dans la plupart des localités de notre pays  que l’agence de tourisme ‘’VOYAGES MODESTES’’ vous fait parcourir. Leur valorisation permet de renforcer les produits de l’offre touristique du Bénin en qualité et en quantité.

Au regard des ressources touristiques dont dispose  le Bénin, de la stabilité politique et de la paix sociale qui y règnent, de l’amélioration du climat des affaires, de nombreuses possibilités s’offrent pour le développement du tourisme par la valorisation de nos richesses touristiques en vue du renforcement et de la diversification des produits composant l’offre actuelle en tenant compte des forces et faiblesses des opportunités et contraintes de ladite offre pour la mise en marche de nouveaux produits touristiques ou de produits complémentaires.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *

Bonjour

Je suis Isaac de "Voyages Modestes". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
0022964110880