Ouidah

Ouidah est reconnue comme un ancien centre de vente et d'embarquement d'esclaves. Cet endroit est maintenant devenu la ville historique préférée des visiteurs. La cité a formellement su garder des vestiges inoubliables du commerce négrier tout en gardant sa tradition de culte vaudou. Sur ce, Ouidah demeure un lieu attractif suggérant une multitude de sites et d'activités aux amoureux de la culture noire africaine.

Histoire

Dans le passé, la ville de Ouidah connue sous le nom de « Fort portugais », a subi une histoire avérée très douloureuse. En effet, la cité a été fondée en 1721 en tant que fort. Elle était dirigée par un dignitaire portugais, le yavoghan (chef blanc) João Baptista de Ajudá. Difficile d'y croire qu'à cette époque lointaine, la commune de Ouidah servait comme l'un des fournisseurs d'esclaves vers les pays occidentaux du monde entier. Toutefois, le devoir d'accomplir et de garantir le marché d'esclaves dans ce lieu était confié à João Baptista par ordre du roi du Portugal. Par conséquent, le chef blanc géra toutes les relations commerciales entre le royaume d'Abomey et les marchands d'esclaves européens. Après des années de trafic d'esclaves, plusieurs millions d'Africains noirs furent exilés lebiais de la traite négrière. Un acte accompli entre les rois d'Abomey et les organismes occidentaux : les Amériques, le Portugal, le Danemark, la France, etc. Tactiquement, le fort était fortement isolé du royaume d'Abomey (L'actuel Bénin) dans le seul but de garantir le monopole du roi du Portugal. Quelques années plus tard, sous l'autorité du roi Agadja (5e roi d'Abomey), la traite négrière fut devenue un devoir imposé du roi du Portugal. La ville de Ouidah fut donc créée dans une agonie qui dura pendant au moins un siècle. Certaines populations sont encore en discorde avec d'autres ethnies du pays, seulement à cause de la conspiration organisée par les rois d'Abomey.

Ouidah Aujourd'hui

Connue comme l'ancien fort portugais, la ville de Ouidah gagne aujourd'hui en popularité grâce aux vestiges laissés par les négriers. Tous les forts occidentaux (danois, français, portugais) et l'enclos d'esclaves du comptoir anglais y sont encore actuellement. Même si Ouidah est victime d'un passé atroce cette histoire la qualifie parmi les villes béninoises les plus riches en matière de récits historiques. Ces malheureuses anecdotes ont beaucoup éveillé la curiosité des touristes du monde entier. De ce fait, de nombreux touristes y viennent chaque année pour découvrir les traces laissées par les marchands d'esclaves. Outre l'histoire mélancolique de la ville, Ouidah est aussi reconnue pour ses magnifiques monuments historiques tels que : le temple des pythons, le musée d'art contemporain Fondation Zinsou, la forêt sacrée de Kpassè et la route de l'esclave.

Pour les passionnés de la culture noire africaine, Ouidah est un choix idéal comme destination. Plongez-vous au cœur de la religion vaudou en faisant une petite escapade dans le temple des pythons. En effet, c'est un lieu sacré pour les adeptes de vaudou, et qui est considéré comme le monument phare de la cité. D'après la légende, il y avait un roi qui préférait de vivre au Glexué (maison des champs). Celui-ci bénéficiait de la présence d'un python, qui par conséquent, préservait sa plantation en mangeant les rongeurs se trouvant aux alentours. Depuis lors, le python devient le symbole et à la fois l'animal protecteur de la cité. C'est pourquoi les habitants y consacrent un culte tous les cinq jours en faisant appel à sa divinité.

Après le passage dans le temple des pythons, tout droit au musée d'art contemporain Fondation Zinsou. Le site pour découvrir les ouvrages socioculturels de la ville. En effet, cette galerie d'art contemporain est particulièrement dédiée à la culture noire africaine. Ses actions se concentrent éventuellement sur les œuvres artistiques, culturelles et sociales de la race noire. Sur le lieu, vous découvrez une concentration d'œuvres d'artistes africains comme : Cyprien Tokoudagba, George Lilanga, Frédéric Bruly-Bouabré, Samuel Fosso, etc.

Outre ce musée d'art contemporain, il y a également la forêt sacrée de Kpassè, l'un des patrimoines les mieux conservés du Bénin. Selon les pratiquants du vaudou, ce lieu renferme beaucoup de mystère et de légende sur le roi Kpassè. L'histoire raconte qu'il s'est réincarné en arbre enchanté juste après sa mort. Depuis, le paysage attire d'innombrables visiteurs les plus curieux.

Si vous êtes un passionné d'architecture et de la religion apostolique romaine, autant allé visiter La Basilique de l'Immaculée-Conception. Certainement, c'est le premier sanctuaire catholique de Ouidah. Il a été construit en 1903 à l'initiative du Monseigneur français Louis Dartois. Terminer votre périple en passant la route des esclaves qui retrace le parcours des esclaves avant l'embarque jusqu'à la porte du non retour.

Climat

Du point de vue général, le climat de la ville de Ouidah est typiquement tropical. Dans la majorité du temps, les températures de la ville sont agréables. Les températures moyennes s'échelonnent de 28°C en juillet et 32°C en février. Concernant les températures de la mer, elles sont plutôt agréables variant entre 24°C - 29°C. Les meilleures conditions pour y voyager c'est dans les trois premiers mois (janvier, février, mars) ou dans les deux derniers mois (novembre, décembre).

Comment s'y rendre ?

Pour se rendre dans la ville de Ouidah, l'idéal, c'est de prendre un taxi-brousse, un moyen de transport très utilisé des habitants. Mais pour les voyageurs venant de l'extérieur de l'Afrique (pays occidentaux), le mieux c'est de prendre un avion à destination Cotonou. Depuis Cotonou, ces derniers peuvent s'emparer tranquillement d'un taxi-brousse menant directement dans la cité.

Comment y circuler?

La ville de Ouidah est en effet une petite ville par rapport aux autres grandes villes béninoises. Du coup, le déplacement ne pose pas trop de problèmes dans la cité. Pour visiter les sites touristiques, vous pouvez opter pour un taxi, un bus ou une motocyclette, (Zém) en langue locale. Ou encore vous pouvez louer une voiture afin de vous mettre encore plus à l'aise, le choix vous appartient.

Les meilleures chose a faire a Ouidah

  • Visiter le temple des pythons, un sanctuaire dédié à la religion vaudou
  • Explorer le musée socioculturel d'art contemporain Fondation Zinsou
  • Effectuer une escapade dans la forêt sacrée de Kpassè.
  • Jeter un coup d'œil sur le monument « la porte du non-retour »
  • Découvrir la magnifique architecture de La Basilique de l'Immaculée-Conception

Bonjour

Je suis Isaac de "Voyages Modestes". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
0022964110880